Respect des règles de circulation applicables en France

A la veille des congés estivaux, il est important de rappeler que ce sont près de 15 000 policiers et gendarmes qui seront déployés pour assurer la surveillance des routes sur le territoire français.

Les contrevenants portugais sont de plus en plus nombreux puisque 186 825 conducteurs de véhicules immatriculés au Portugal ont commis des infractions en France en 2015 (le Portugal occupant la 6e place des pays européens).

Ces contrevenants (majoritairement la vitesse excessive et, à un degré moindre, le franchissement de feu rouge) font encourir des risques à eux-mêmes mais aussi aux autres usagers de la route.

En cas d’interception par les forces de l’ordre, ceux-ci pourront se voir infliger :

- le versement immédiat d’une amende forfaitaire ou d’une consignation ;
- en l’absence de versement de cette consignation, le véhicule pourra être retenu et mis en fourrière, et ce, aux frais du contrevenant ;
- une suspension immédiate du permis de conduire en cas d’infraction grave ;
- une immobilisation du véhicule (en vue d’une éventuelle confiscation) dans les cas d’infractions graves.

Des dépliants détaillant la réglementation routière française, publiés en plusieurs langues dont le portugais, peuvent être consultés sur le site de la sécurité routière :
http://www.securite-routiere.gouv.fr/medias/documentation/guides-et-depliants/depliants-en-langues-etrangeres

Le Parlement français est en train d’adopter la législation nécessaire à la création d’un « permis de conduire à points virtuel » pour les contrevenants étrangers non résidents en France qui commettent des infractions routières lors de leur passage sur les routes françaises. Ce système fonctionnera comme un permis à points français (retrait et réattribution de points se dérouleront de la même façon que pour un résident français). Si toutefois, le solde de points de ce permis de conduire « virtuel » du touriste étranger devenait nul, une interdiction d’un an de circulation sur le sol français serait signifiée au contrevenant.

Dernière modification : 27/07/2016

Haut de page