Présentation générale [pt]

La restauration de la démocratie, consécutive à la Révolution des œillets du 25 avril 1974, et l’adhésion du Portugal en 1986 à la Communauté économique européenne ont scellé les retrouvailles du Portugal avec le continent européen, et, au-delà avec la France, pays avec lequel les relations - au demeurant fort anciennes (cf l’appartenance de la première dynastie royale portugaise à la lignée des Bourgogne) et plus ou moins denses au gré des vicissitudes de l’histoire - se sont dès lors, à nouveau, singulièrement étoffées.

L’intense circulation des œuvres de l’esprit au Portugal au 19ème siècle, autour des idées politiques libérales, de la littérature, des savoirs académiques a considérablement imprégné de culture française le pays, dont l’influence, encore aujourd’hui avec un quart de sa population parlant français, malgré les mutations de la mondialisation, demeure profonde. A l’époque de la dictature, et dans la transition démocratique, la France a été la référence de la liberté d’expression et du débat d’idées.

L’immigration vers la France fait de la communauté portugaise et lusodescendante la première communauté d’origine étrangère sur le sol français, qu’on estime à 800 000 personnes. Parfaitement intégrés, les Portugais ont conquis aujourd’hui toute leur place au sein des forces vives de la société française, avec des dizaines de candidats sur les listes régionales de 2015.

A cette familiarité historique, culturelle et humaine, s’ajoute une complicité géopolitique objective. Les trois axes de la politique extérieure du Portugal résonnent avec les priorités françaises. Le Portugal est un pays atlantique : notre engagement commun dans l’OTAN, notre souci de la sécurité et de la lutte contre les trafics dans cet océan, notre coopération pour une politique maritime européenne, notre volonté de valoriser la façade atlantique, constituent des intérêts communs durables.

Le Portugal est un pays pleinement engagé dans l’Europe : nous partageons la même vision d’une Europe dotée d’institutions efficaces, celles du Traité de Lisbonne, et d’une Europe volontariste qui s’organise pour être un acteur du monde de demain. Le Portugal est un pays tourné vers le monde lusophone, et les pays émergents du sud, dans l’esprit d’un monde multipolaire structuré par la coopération entre ensembles régionaux, et la France accorde aussi, à ses relations avec le Brésil, comme avec l’Afrique, une importance stratégique.

Visites et rencontres

A la quasi-inexistence des contacts ayant caractérisé la période de la dictature salazariste a succédé une phase de rencontres régulières, non seulement au sein des enceintes communautaires, mais aussi sur un plan plus strictement bilatéral. Outre les multiples réunions bilatérales au niveau ministériel, il convient de noter les visites d’État au Portugal du Président de la République, François Mitterrand en 1987, Jacques Chirac en 1999 et la visite du Président François Hollande en juillet 2016, et les visites successives à Paris du Président Jorge Sampaio en 2000, 2001, 2003 et en visite d’État en 2005 notamment, du Président Aníbal Cavaco Silva en 2015 et du Président Marcelo Rebelo de Sousa en juin 2016. Le Président de la République Nicolas Sarkozy est également venu à Lisbonne en 2007 à l’occasion de la présidence portugaise de l’Union européenne. Les premiers ministres portugais et français ont eux aussi multiplié les visites bilatérales ou communautaires, qu’il s’agisse de José Manuel Durão Barroso en 2002 et 2003, de José Sócrates en 2006, 2008 et 2010, de Pedro Passos Coelho en 2011, 2013 et 2015 ou de António Costa en 2016 et le 28 juillet 2017, de Jean-Pierre Raffarin en 2003 et 2004, de François Fillon en 2007 et 2008 ou de Manuel Valls en 2015.

1 - Réunions de Haut Niveau

Parmi nos échanges réguliers, il convient de souligner la tenue de Sommets au niveau des chefs de gouvernement. A ce titre, le Premier Ministre français est venu à Lisbonne en 2003 afin de tenir, en compagnie de quatre de ses ministres, la première réunion bilatérale de haut niveau franco-portugaise. Ces Sommets consacrent solennellement l’intensité particulière de la relation entre nos deux pays. Lisbonne n’a de telles réunions au sommet qu’avec trois de ses partenaires, à savoir l’Espagne, le Brésil et le Maroc, tandis que la France n’en organise avec pratiquement aucun pays non-frontalier. Ces réunions au sommet, qui ont vocation à se tenir annuellement, sont organisées selon une formule originale et souple permettant d’associer la société civile aux débats ainsi qu’à la réflexion sur une thématique choisie préalablement d’un commun accord. Elles se sont tenues à Lisbonne en 2003 et 2008, à Paris en 2006 et 2010 et de nouveau à Lisbonne en 2015.

La cinquième rencontre a eu lieu les 9 et 10 avril 2015 et a réuni les Premiers Ministres Pedro Passos Coelho et Manuel Valls, accompagnés des Secrétaires d’Etat en charge des affaires européennes, M. Harlem Désir et son homologue portugais, M. Bruno Maçães.

Cette réunion de haut niveau témoigne de l’excellence de notre relation bilatérale et s’inscrit dans une séquence particulièrement dense de visites ministérielles et d’échanges : Sommet tripartite (Espagne, France, Portugal) sur les interconnexions énergétiques le 4 mars 2015, entretien à Lisbonne du Président de la République avec son homologue le 21 juillet 2016, entretiens réguliers de nos Ministres et secrétaires d’Etat (cf. ci-dessous rencontres bilatérales).

2 - Rencontres bilatérales effectuées

Dernière modification : 10/10/2017

Haut de page