Journée mondiale de l’océan – 8 juin

La Journée mondiale de l’océan est célébrée aujourd’hui, 8 juin, et sera centrée autour du thème « océans propres ». Cette journée vise notamment à mobiliser et unir les populations du monde entier autour d’un projet de gestion durable des océans. Il s’agit enfin de rendre hommage à leur beauté et à leur richesse. A cette occasion, le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères et le ministre de la Transition écologique et solidaire ont publié un communiqué conjoint.

"L’Appel pour l’Océan, Bien commun de l’Humanité" lancé à Monaco - Communiqué conjoint du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères et du ministre de la Transition écologique et solidaire

Paris, le vendredi 8 juin 2018

M. Nicolas Hulot, ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, et M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, ont pris connaissance de l’appel pour un « Océan bien commun de l’Humanité » qui vient d’être lancé à Monaco à l’occasion de la Journée mondiale des océans. Le Gouvernement exprime son grand intérêt pour cette initiative de la société civile qui met l’accent sur la responsabilité de tous à protéger les océans et leur biodiversité.

L’extension, la diversification et l’intensification des usages humains des océans constituent aujourd’hui une menace avérée pour la biodiversité marine notamment dans les espaces situés au-delà des juridictions nationales. La France mesure l’enjeu que constitue la protection des espèces et des écosystèmes marins de ces espaces loin des côtes, en particulier par un statut international protecteur en haute mer. Ce statut et les mesures qu’il permettrait de prendre garantiraient une indispensable continuité des mesures déjà engagées au niveau national et européen pour la protection de nos eaux sous juridiction.

L’Accord de Paris sur le climat encourage tous les États dans son préambule à veiller à l’intégrité des océans en tant qu’écosystème en vue de la protection de sa vaste biodiversité en danger. La protection de la biodiversité en haute mer revêt une importance toute particulière car elle représente 70% de la surface de nos océans. L’importance d’avoir un cadre pour y développer des outils de gestion tels que les aires marines protégées et les études d’impact des activités en Haute mer est fondamental.

La France va se mobiliser au niveau mondial pour obtenir un accord ambitieux en faveur de la protection des océans dans le cadre des négociations internationales qui s’ouvrent en septembre prochain aux Nations-Unies.

Stop aux déchets plastiques

JPEG

Les déchets plastiques détruisent les océans, et conduisent peu à peu à la création d’un « 7e continent ». Les scientifiques de l’organisation française Fondation Tara qui mènent des expéditions en mer depuis plus de dix ans afin d’étudier l’impact des activités humaines sur l’Océan, alertent sur l’urgence d’agir contre cette pollution marine.

Ils insistent sur la nécessité de prendre des décisions politiques afin de convaincre les consommateurs et les industriels de changer leur mode de consommation. Dans ce sens, ils occupent depuis 2015 le statut d’Observateur spécial à l’ONU, et participent activement à la mise en place des Objectifs de développement durable de l’Agenda 2030. Cette année, du 5 au 9 juin se déroule, à l’ONU, la conférence sur les Océans ayant pour but de faire progresser l’Objectif de développement durable 14, à savoir « conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable ».

Depuis la conférence océan de 2016, à l’initiative de la France, la coalition internationale contre les sacs plastiques a été créée. Et en France depuis le 1er janvier 2017 la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte interdit l’utilisation des sacs plastiques à usage unique afin de préserver les océans de ces déchets.

Voir aussi :

Dernière modification : 12/06/2018

Haut de page