Commerce extérieur de la France : les chiffres pour 2019

JPEG

Paris, le 7 février 2020

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Résultats du commerce extérieur 2019 : le solde commercial de la France s’améliore malgré un environnement international défavorable

Le secrétaire d’Etat Jean-Baptiste Lemoyne a présenté les chiffres du commerce extérieur de l’année 2019, publiés ce matin 7 février à 8h45 par les Douanes (pour les échanges de biens) et la Banque de France (pour les échanges de services).
« Ces chiffres 2019 sont très encourageants pour notre politique économique et notre stratégie de soutien au commerce extérieur. Malgré les tensions commerciales et la montée du protectionnisme, notre déficit commercial a baissé de 3,9 milliards d’euros, nos exportations de biens ont progressé de 16 milliards d’euros et la France n’a pas compté autant d’exportateurs depuis 17 ans », déclare Jean-Baptiste LEMOYNE.

Notre solde commercial des échanges de biens s’améliore, pour la première fois depuis 2015, avec un déficit de 58,9 Md€ après 62,8 Md€ en 2018, grâce à une augmentation des exportations (+3,3 % à 508,0 Md€) plus marquée que celle des importations (+2,2 % à 566,9 Md€). Notre solde s’améliore vis-à-vis de toutes les grandes régions du monde, à l’exception de l’Asie.

Hors énergie, le déficit des échanges de biens se réduit, passant de 32,0 Md€ en 2018 à 29,1 Md€ en 2019, grâce notamment à la bonne performance des exportations de produits pharmaceutiques (+10,4 % à 33,6 Md€), de produits textiles et d’habillement (+8,5 % à 28,5 Md€), ou encore de produits agricoles et agroalimentaires (+3,2 % à 64,4 Md€). Les exportations dans l’aéronautique progressent pour la deuxième année consécutive (+11,9 % à 64,2 Md€) grâce à une nouvelle année record pour Airbus (863 livraisons dont 358 depuis la France). Les filières du luxe continuent également de soutenir notre commerce extérieur avec une progression des exportations de 9,0 % à 55,9 Md€.

La facture énergétique est en légère baisse en 2019 (-0,8 Md€) mais continue de peser fortement sur notre balance commerciale, représentant environ 60 % du déficit total des biens. Liée à la baisse du prix du pétrole en 2019 (-9,4 % pour le baril de Brent), cette stabilisation fait suite à deux années de forte hausse (+24 % en 2017 et +16 % en 2018).

Les importations hors énergie continuent de croitre au même rythme qu’en 2018 (+3,2%), du fait notamment du dynamisme de l’économie française. On observe ainsi des hausses importantes d’importations dans le secteur aéronautique (+10,2 % à 33,2 Md€), de machines industrielles et agricoles (+4,7 % à 47,6 Md€) et de véhicules automobiles (+4,8 % à 47,3 Md€).

Notre commerce de services reste largement excédentaire, avec un solde de 21,8 Md€ en 2019, bien qu’en repli (après 23,8 Md€ en 2018). En particulier, si les recettes touristiques continuent d’augmenter pour la troisième année consécutive (+4,4 % à 57,9 Md€), la hausse encore plus marquée des dépenses des Français à l’étranger (+11,5 % à 45,2 Md€) entraîne une baisse de notre excédent touristique.

Le solde courant, qui mesure le besoin de financement extérieur de la France, reste pour sa part relativement proche de l’équilibre et comparable à celui de 2018, à -0,8 % du PIB en 2019, selon les dernières estimations de la Banque de France.

Le commerce extérieur de la France fait ainsi preuve d’une bonne résilience dans un environnement international défavorable, marqué par de fortes tensions commerciales, une montée du protectionnisme et un commerce mondial atone. Cette résilience est remarquable en comparaison avec d’autres pays européens. Selon les tendances observées sur les trois premiers trimestres de 2019, la croissance des exportations françaises de biens serait en 2019 supérieure à celle des exportations allemandes, britanniques, italiennes, néerlandaises et espagnoles. La part de marché de la France dans le commerce mondial s’est stabilisée depuis 2012, à 3,1 % sur les biens et à 3,5 % sur les biens et services, maintenant la France au 5e rang mondial en exportations de biens et services.

La compétitivité de la France par rapport à ses concurrents s’inscrit dans une dynamique favorable comme en témoigne l’évolution des indicateurs de compétitivité-coût par rapport aux autres pays de l’OCDE, qui montrent une progression de près de 7% par rapport à fin 2013, avec une accélération sur la période récente.
Pour Jean-Baptiste Lemoyne, « les mesures prises par le Gouvernement, comme celles permettant de diminuer le coût du travail pour les entreprises ou les réformes fiscales visant à stimuler l’investissement, y contribuent ».

Le nombre d’entreprises exportatrices mesuré par les Douanes poursuit son augmentation en 2019 à plus de 128 000 contre 125 000 en 2018, soit un niveau plus élevé que celui d’avant-crise (2008).

Afin de renforcer nos performances à l’export et de soutenir l’internationalisation de l’économie française, le Gouvernement poursuit sa stratégie de réformes présentée par le Premier ministre le 23 février 2018 à Roubaix.
L’année 2019 a été marquée par le déploiement du nouveau dispositif d’accompagnement des PME et ETI à l’export, la Team France Export. Des guichets uniques régionaux ont été constitués sous l’égide des Régions par Business France - opérateur de l’Etat chargé d’accompagner les entreprises dans leurs projets d’exportation -, les Chambres de Commerce et d’Industrie (CCI) et Bpifrance. A l’étranger, des correspondants uniques chargés de fournir un accompagnement sur mesure aux entreprises ont été désignés, tandis que Business France a réorganisé son activité d’accompagnement en nouant des partenariats avec des acteurs privés dans certains pays, de manière à étendre la couverture géographique de la Team France Export et apporter un meilleur service aux entreprises désireuses de se développer à l’international. De nouveaux outils numériques ont été mis en place au service des entreprises bénéficiaires du dispositif et pour améliorer son pilotage par l’Etat. Enfin, le renforcement du dispositif d’appui à l’internationalisation des entreprises se traduit également dans le domaine des financements export : 1 490 entreprises ont bénéficié en 2019 (+11 %) de l’assurance prospection gérée par Bpifrance Assurance Export et rénovée en 2018, qui constitue notre outil phare pour l’accompagnement financier public des PME à l’international.

La Team France Export, porteuse de simplicité et de lisibilité, est très bien accueillie par les entreprises. Un premier bilan du nouveau dispositif sera établi dans le courant de l’année 2020.

Dernière modification : 07/02/2020

Haut de page