22e Festa do Cinema Francês - rétrospective sur Jacqueline Audry [pt]

La Festa do Cinema Francês et la Cinémathèque Portugaise proposent une rétrospective sur Jacqueline Audry.

Jacqueline Audry fut l’une des réalisatrices les plus productives du XXe siècle. Elle a signé une œuvre proposant une perspective féminine du cinéma à travers notamment des héroïnes non-conformistes. Du 8 au 20 octobre, la 22e Festa do Cinema Francês et la Cinémathèque Portugaise s’unissent pour présenter une rétrospective sur celle que l’on doit absolument redécouvrir au sein de l’histoire du cinéma français. Pour ce faire, Brigitte Rollet, chercheuse et professeure en études du cinéma et des médias et autrice de plusieurs œuvres sur le cinéma français, sera présente à Lisbonne pour nous guider à travers l’ensemble de la rétrospective.

Seule femme ayant régulièrement produit des films dans la France de l’époque - un court-métrage documentaire et seize long-métrages de fiction réalisés entre 1943 et 1969 - Jacqueline Audry a traversé la chronologie du cinéma français sous l’Occupation, durant la Quatrième République et jusqu’à la Nouvelle Vague. En décalage avec le cinéma français d’après-guerre et la vague suivante amenée par les « Jeunes Turcs » des Cahiers du cinéma (“Trop licencieuse pour la critique des années 1950, trop « qualité française » pour la Nouvelle Vague”, note Tania Capron), elle a été effacée des mémoires durant les décennies suivantes, la dimension insolite de son œuvre, dissimulée sous le filtre soigné des productions, étant passée inaperçue.

Un tempérament libre, une perspective transgressive, la thématique de la sexualité ainsi qu’un regard féministe (historiquement situé après l’avant-garde de Germaine Dulac) sont tout à la fois présents dans la filmographie de Jacqueline Audry, qui fait ressortir le caractère irrévérent de ses protagonistes – presque invariablement des femmes. On y trouve aussi un sens aigu de la mise-en-scène, une attirance pour la joie et l’humour ainsi qu’un travail inspiré avec les interprètes. Caractérisée par une propension à la transgression des codes, son œuvre embrasse l’hétérogénéité du film d’époque (avec une prédilection pour la Belle Époque), de la comédie dramatique, du film de cape et d’épée et du road movie. À propos de son parcours dans un monde éminemment masculin, Audry explique que sa vie professionnelle a été un genre de tournoi dans lequel elle a beaucoup dû lutter. Quant à ses films, elle a fait remarquer rétrospectivement qu’ils ont eu pour objet les relations passionnelles entre les êtres.

L’œuvre d’Audry a attiré l’attention ces dernières années, que ce soit grâce aux efforts de réalisateurs comme Bertrand Tavernier et Mark Cousins, à la numérisation ayant permis une large diffusion de son film Olivia ou aux études que lui a dédié Brigitte Rollet (Jacqueline Audry : La femme à la caméra, 2015). Brigitte Rollet a fait remarquer à quel point Jacqueline Audry incarne l’exemple typique d’une cinéaste en avance sur les coutumes et les pratiques de son temps. C’est elle qui a également souligné la dimension anticonformiste de l’œuvre d’Audry : la cinéaste a initié, dès ses premiers travaux réalisés pendant la guerre et dans l’immédiat après-guerre, un jeu constant avec les apparences, les rôles et les identités, tout en maintenant une liberté vis-à-vis des textes adaptés et les genres cinématographiques choisis, à travers un jeu de cache-cache qu’il est tentant de résumer de cette façon : être là où l’on vous attend, tout en déjouant simultanément les attentes.

À l’occasion de ce premier coup de projecteur sur l’œuvre de Jacqueline Audry au Portugal (où seulement deux de ses films ont bénéficié d’une sortie commerciale : C’est la faute d’Adam, 1957 et Le Secret du chevalier d’Éon, 1959), la rétrospective présente les 7 œuvres actuellement disponibles.

La 22e Festa do Cinema Francês est organisée par la société de production Jangada, soutenue par l’Ambassade de France et l’Institut français du Portugal, en partenariat avec le réseau des Alliances Françaises au Portugal. La 22e édition du festival se déroulera aux dates suivantes : Lisbonne (7 au 20 octobre), Almada (12 au 16 octobre), Oeiras (9, 10, 16, 17, 18 et 19 octobre), Coimbra (12 au 16 octobre), Porto (19 au 27 octobre), Braga (21 au 24 octobre), Évora (28 au 31 octobre), Viseu (28 au 31 octobre) et Faro (21 au 24 octobre).

Huis-Clos , France, 1954, 95’
L’École des cocottes , France, 1957, 100’
La Garçonne , France, 1957, 97’
Les Chevaux du Vercors , France, 1943, 18’
Les Malheurs de Sophie , France, 1945, 95’
Minne, L’ingénue libertine , France, 1950, 90’
Olivia , France, 1950, 95’

JPEG

Dernière modification : 15/09/2021

Haut de page